Aviation : et pourquoi pas une prime à la conversion des vieux avions ?

Répondre
Avatar du membre
NeedThaie
Messages : 1925
Enregistré le : dim. 4 janv. 2015 15:49

Aviation : et pourquoi pas une prime à la conversion des vieux avions ?

Message par NeedThaie »

Airbus voudrait que l’Europe étudie une prime de conversion pour accélérer le remplacement des avions les plus anciens.
https://www.air-journal.fr/2020-06-08-a ... 20712.html
Envoyé depuis mon PC en utilisant mes doigts sur le clavier (oui vous savez, le truc avec des touches)

Avatar du membre
dreamman
Administrateur du site
Messages : 9189
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:27

Re: Aviation : et pourquoi pas une prime à la conversion des vieux avions ?

Message par dreamman »

Ils feraient bien (mode y'a qu'à activé) de trouver des technologies innovantes pour économiser un max. de kérosène avant de nous vendre de nouveaux avions qui consomment encore énormément.

Avatar du membre
NeedThaie
Messages : 1925
Enregistré le : dim. 4 janv. 2015 15:49

Re: Aviation : et pourquoi pas une prime à la conversion des vieux avions ?

Message par NeedThaie »

Ils ont trouvé une parade, c'est de faire du bio-carburant.

Tu rases de la foret primaire, tu y plantes des palmiers (ou une autre plante)
et avec des hectares de végétation t'as quelques barils d'huile,
qu'on transforme pour faire du carburant que tu peux appeller BIO.

C'est juste de la NovLang pour changer le sens des mots,
comme l'exploitation des femmes pauvres : la GPA éthique (à quand la prostitution éthique ?)
Donc le bio-carburant n'a de bio que le nom.
(comme le smartphone n'a rien d'intelligent, c'est juste un PC tout petit sous Linux)


Bon, perso, "nourrir" (via de l'agriculture) des avions quand il y a du monde qui crève la dalle,
ça me dérange bien plus que l'exploitation habituelle du pétrole,
donc l'écologie...
Et dans 20 ans,
car ils nous prennent vraiment pour des cons,
le nouveau slogan sera : "volez avec un carburant certifié 100% sans huile de palme".




Ah oui, ya une autre méthode pour faire plaisir aux bobos,
c'est que toi, le client, tu peux dépenser des sous en plus pour compenser ton empreinte carbone causée par ton trajet en avion.
Si ce n'est pas la pire escroquerie/bouffonnerie de bobos, c'est au moins de la branlette intellectuelle de haut niveau.
Envoyé depuis mon PC en utilisant mes doigts sur le clavier (oui vous savez, le truc avec des touches)

Avatar du membre
Marco
Messages : 238
Enregistré le : mar. 9 avr. 2019 11:24
Localisation : Genève

Re: Aviation : et pourquoi pas une prime à la conversion des vieux avions ?

Message par Marco »

Il serait nettement plus simple de faire évoluer les taxes aéroportuaires existantes en tenant compte de la pollution (CO2 & sonor) engendrés par les avions afin de les inciter à renouveler leur appareils.

Cela dit, il faudrait faire de même avec les navires qui polluent bien davantage encore, même proportionnellement avec leur tonnage. dc-*

Avatar du membre
NeedThaie
Messages : 1925
Enregistré le : dim. 4 janv. 2015 15:49

Re: Aviation : et pourquoi pas une prime à la conversion des vieux avions ?

Message par NeedThaie »

Marco a écrit :
mer. 10 juin 2020 11:49
Il serait nettement plus simple de faire évoluer les taxes aéroportuaires existantes en tenant compte de la pollution (CO2 & sonor) engendrés par les avions afin de les inciter à renouveler leur appareils.
Sauf que c'est reporté sur le prix du billet, donc payé par le client
(t'as raison pour les bateaux, mais toujours pareil, les cibles sont désignées par ceux qui décident ce qu'on doit penser))
Envoyé depuis mon PC en utilisant mes doigts sur le clavier (oui vous savez, le truc avec des touches)

Avatar du membre
dreamman
Administrateur du site
Messages : 9189
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:27

Re: Aviation : et pourquoi pas une prime à la conversion des vieux avions ?

Message par dreamman »

Réflexion dans un canard belge sur le sujet;

Et, même si c’est le secteur le plus difficile à décarboner, il existe des propositions concrètes pour le faire, à court, moyen et long terme."

Parmi ces solutions, le secteur mise beaucoup sur les kérosènes synthétiques ou électrofuel (e-carburant). "Le gros avantage de ces électrofuels est leur masse identique à celle du kérosène actuel, développe M. Vanalderweireldt, le président de la Beca. Les avions sont tributaires du poids pour pouvoir voler. Pour avoir la même énergie que le pétrole actuel, une batterie électrique pèse vingt fois plus, avec de l’hydrogène, c’est quatre fois plus de poids." Quant au biofuel, il a un "avenir limité" , selon Didier Moraine. " Sa production demande énormément d’eau et l’utilisation de surfaces cultivables, ce qui pose un problème éthique. Faire du biofuel avec de l’huile de palme n’est pas une bonne idée."

"Il faudra produire massivement en dehors de l’Europe"
Place donc aux e-carburants. " L’autre gros avantage est qu’on peut y aller progressivement, poursuit Didier Moraine. L’électrofuel peut être mélangé au kérosène actuel." Des vols tests ont ainsi déjà été réalisés avec 50 % d’e-carburant dans les réservoirs de l’avion. "On maîtrise déjà la technique. Le gros défi est désormais de produire en très grande quantité de l’électricité quasi-zéro carbone, car autrement cela n’a aucun sens."

Il faudrait donc construire d’énormes champs d’éoliennes ou de panneaux photovoltaïques pour produire ces e-carburants. "Pour un mélange de 50 % d’électrofuel dans les avions en 2050, il faudrait le quart de la production totale électrique actuelle de l’Union européenne. Et qui doit être décarbonée. Cela représente la superficie de la Tchéquie recouverte entièrement de panneaux photovoltaïques et d’éoliennes. Clairement, on n’a pas la place en Europe. Il faudra produire en dehors de l’Union dans des endroits bien plus propices et inhabités, comme l’Afrique du Nord ou le sud du Groenland où l’université de Liège a un projet allant dans ce sens."

Autre défi, ces infrastructures représentent des centaines de milliards d’euros d’investissements. " Mais c’est maintenant ou jamais. Il n’y a jamais eu autant d’argent. Les banques centrales ont créé des milliers de milliards ex nihilo. De toute façon, on n’a pas le choix : la production de pétrole conventionnel ne va faire que décroître dans les prochaines années. Le nombre d’avions dans le ciel dépendra donc de cette capacité à produire une électricité renouvelable en très grande quantité et à bas prix."

https://www.lalibre.be/economie/conjonc ... 30eb71e092

Répondre