Polémique en Thaïlande autour du premier traitement préventif anti-sida

Répondre
Avatar du membre
Raymond38
Administrateur du site
Messages : 3013
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:56
Localisation : PICARDIE FRANCE

Polémique en Thaïlande autour du premier traitement préventif anti-sida

Message par Raymond38 »

Polémique en Thaïlande autour du premier traitement préventif anti-sida


BANGKOK - Des défenseurs des malades du sida ont dénoncé mardi les demandes de brevets déposées par un laboratoire pharmaceutique américain en Thaïlande pour deux médicaments distribués jusqu'alors dans le pays sous forme de génériques, ce qui risque de rendre les traitements trop chers.

Gilead Sciences a obtenu la semaine dernière l'autorisation de l'Agence américaine des médicaments (FDA) de mettre sur le marché l'antirétroviral Truvada, premier traitement de prévention contre le sida destiné aux personnes à risque.

En janvier, le laboratoire avait déposé en Thaïlande des demandes de brevets pour les antirétroviraux Tenofovir et Emtricitabine, composants du Truvada.

Mais si le Département thaïlandais de la propriété intellectuelle (DIP) approuve cette requête, la mainmise de Gilead sur le marché rendra inabordables les traitements pour le demi-million de malades thaïlandais, ont mis en garde des militants.

S'ils approuvent le brevet, nous attaquerons en justice pour le faire annuler, a déclaré mardi à l'AFP Chalermsak Kittitrakul, de la fondation AIDS Access. L'accès aux médicaments sera réduit (...) et le gouvernement devra payer plus.

La Thaïlande subventionne les antirétroviraux de beaucoup de malades et a promis de les fournir gratuitement à tous dans les prochaines années.

Une dizaine d'associations de défense des malades font pression pour le rejet des demandes de brevets, arguant que combiner deux médicaments sur le marché depuis longtemps ne constitue pas une nouvelle invention.

Elles avaient mis en garde la semaine dernière dans une lettre contre un impact énorme sur le traitement du sida dans le pays.

Le DIP a de son côté déclaré mardi à l'AFP que la demande de Gilead n'allait probablement pas réussir.

Si c'est approuvé, cela affecterait grandement le système de santé dans le pays (...) le développement de médicaments sera plus difficile puisqu'ils (Gilead) auront tous les pouvoirs de négociation, a précisé le directeur du Bureau des brevets, Seksant Boonsuwan.

Dans un communiqué, le laboratoire a souligné qu'aujourd'hui grâce à lui, le gouvernement thaïlandais pouvait acheter ces deux médicaments pour un dollar par jour et par patient.

Malgré tout, nous croyons également à l'utilisation responsable de la propriété intellectuelle, et nous défendrons toujours fortement les droits de propriété intellectuelle, a-t-il ajouté.
Répondre