Justice pour Christian Clavier

Présentation d'un média, pas de médias pirates dans cette rubrique
Répondre
Avatar du membre
dreamman
Administrateur du site
Messages : 8686
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:27

Justice pour Christian Clavier

Message par dreamman » sam. 28 avr. 2012 18:57

Patrick Besson; Le Point - Publié le 26/04/2012


"On ne choisit pas sa famille", le film de Christian Clavier massacré par la critique cinématographique l'année dernière. Clavier a payé au prix fort son amitié - et sa ressemblance physique ? - avec Nicolas Sarkozy. C'est pourtant une adorable comédie franco-thaïlandaise qui alla naguère tout droit à mon coeur de Français pro-Thaïlandaises. Bangkok est bien filmée dans sa laideur émouvante et sa mauvaise chaleur. J'ai évidemment reconnu mon hôtel, le Shangri-La, que le docteur Luis - prononcer Loiche, car il est basque - qualifie de piège à touristes. J'aime les pièges à touristes, surtout dans les pays tropicaux : ils ont une bonne climatisation. Du reste, je ne comprends pas cette haine, partout affichée, du touriste. N'est-ce pas un homme ou une femme qui a eu le courage de partir loin de chez lui ou de chez elle ? Le plus souvent, il ou elle ne parle pas la langue du pays. C'est un aventurier ou une aventurière en short et chemise à fleurs. Ma préférence va au ou à la touriste du troisième âge. Avec émotion, je le ou la regarde descendre non sans mal de son car, essayer de déchiffrer un menu dans les restaurants, s'expliquer manuellement avec les serveurs, examiner l'addition avec un soin et une attention qui lui ont permis de vivre assez longtemps pour se risquer au bout du monde alors qu'il ou elle est au bord de la tombe.

Dans "On ne choisit pas sa famille", Clavier fait un mix de la piscine du Shangri-La avec le débarcadère de l'Oriental. D'où Luis emmène Clavier et Muriel Robin vers la Sawadee Guest House, hôtel typique. En voyage, s'éloigner de tout ce qui est typique. La scène du restaurant, je m'élève contre, bien qu'elle soit fort drôle : jamais les Thaïlandais ne servent de grosses limaces ni de têtes de poisson. Il n'y en a du reste pas sur la carte de la Villa Thaï (), boulevard de La Tour-Maubourg. Ça faisait trop longtemps que je n'avais pas mis de faucilles et marteaux dans cette chronique. Avec la gauche bientôt au pouvoir, le signe n'en est que mieux venu.

Helena Noguerra n'est plus la soeur de Lio, c'est Lio qui est devenue sa soeur. Elle joue à merveille physique une avocate gay qui porte son couple avec Muriel Robin et sa famille avec Christian Clavier sur ses épaules splendides. Jean Reno est le bourru à lunettes rondes et à gros impôts. Clavier reste le visiteur râleur et affolé qui ne fait pas assez de marche à pied, d'où ses kilos superflus qui encombrent un peu l'écran. Muriel Robin est toujours dans son très bon sketch de puissance féminine réprobatrice. Après Bangkok, le film se dirige cahin-caha vers un orphelinat enchanté. Où les deux femmes gay trouvent leur bonheur en la personne d'une petite fille qui deviendra grande journaliste comme maman ou grande avocate comme l'autre maman.

Qu'est-ce qui, en dehors du sarkozysme du réalisateur, a tellement déplu dans "On choisit pas sa famille", en 2011 ? Le naturel avec lequel les deux femmes s'embrassent sur la bouche dans un aéroport ? Le léger ridicule du médecin humanitaire ? Le franc-parler des dialogues ? C'est pourtant un fort bon spectacle familial, bien filmé et bien écrit, avec des acteurs sensibles et musicaux. Ce qu'il faudrait, c'est voir un film avant d'avoir lu les critiques. N'est-ce pas ce que font les critiques ?

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-p ... 62_490.php

Avatar du membre
reg3
Messages : 8
Enregistré le : lun. 26 nov. 2012 05:32

Re: Justice pour Christian Clavier

Message par reg3 » mar. 27 nov. 2012 05:29

Nous on l'a vu en famille pour le plaisir de retrouver des acteurs que l'on aime :lov2:
mais je dois avouer que même si l'histoire est sympathique le cote caricatural est très/trop marqué :bing2:


PS:les scènes de l'orphelinat pour compléter ton descriptif sont tournées dans un (mon) petit village à 25 kilomètres de Krabi dans la cour d'une école où des bungalows ont étés construits a cet effet et les locaux choisis comme figurants :dol:

Répondre