Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Avatar du membre
lacaille56
Messages : 4707
Enregistré le : mer. 18 avr. 2012 08:10
Localisation : Paris 15eme et Pattaya

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par lacaille56 »

Image
Retraité depuis le 1 août 2016

Larimar
Messages : 68
Enregistré le : mar. 12 juin 2012 11:30
Localisation : NANCY

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par Larimar »

La question est intéressante que fait on lorsque le vol aller ne peut atterrir
et le vol retour ne décolle pas ?

Ayant été refroidi par les assurances de la carte Visa Premier (pour un séjour en France), bataille juridique en cours suite à décès, je viens de prendre une assurance supplémentaire qui couvrirait toutes causes d'annulation.
Pourtant avec un décès c'est simple , il n'y a rien à redire, faut croire que si ......je n'avais pas prévu la boule de cristal qui m'annoncerait le décès :boule:

Serais à Chiang Mai du 25 au 29 janvier puis à Pattaya du 29/01 au 14/02 mais bon ne mettons pas les bœufs avant la charrue, hein ?

Et j'espère que cette année rien ne viendra gâcher mon plaisir (genre bateau qui coule....puisque je l'ai raconté dans un post, on a failli se noyer en janvier 2013 et je paris que c'est le même bateau qui a coulé pour de bon cette fois, début novembre). J'ai prévu d'acheter mon gilet de sauvetage et un sac de plongé étanche avant de remonter sur un bateau.....si, si c'est vrai (je ne déconne pas)
Donc faudra aussi que je prévois un masque à gaz en cas d'émeutes à l'aéroport et de gaz lacrymaux.....ça va peser dans les valises.

Restons optimiste, la Thaïlande c'est le top et c'est la 5ème fois que nous revenons

Avatar du membre
miclot 47
Messages : 250
Enregistré le : mer. 7 sept. 2011 19:36
Localisation : CAHORS

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par miclot 47 »

Effectivement j'ai trop vite lu , tu confirmes mon doute ...ce matin l'agence de voyage m'a assuré que Souvanapoum n'était pas occupé ....
good guys go to heaven ...bad guys go to Patong ...

Avatar du membre
dreamman
Administrateur du site
Messages : 9228
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:27

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par dreamman »

lacaille56 a écrit :Image
La traversée de Pattaya, tout le monde connait ça ;)

kobethai
Messages : 186
Enregistré le : ven. 10 août 2012 14:16

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par kobethai »

Les manifestants demandant la chute du gouvernement thaïlandais sont unis par leur haine de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, frère de la Première ministre Yingluck, chassé par un coup d'Etat en 2006.
Que veulent-ils?
Mobilisés depuis des semaines par le Parti démocrate, principal parti d'opposition, ils réclament la fin du "système Thaksin", en référence à Thaksin Shinawatra, Premier ministre chassé du pouvoir par un coup d'Etat en 2006, accusé de continuer à contrôler la politique depuis son exil, avec sa soeur Yingluck à la tête du gouvernement.
Un projet de loi d'amnistie, taillé sur mesure pour permettre le retour de Thaksin selon les manifestants, a mis le feu aux poudres fin octobre.
Mais depuis, malgré le rejet de la loi par le Sénat, les manifestants voient plus large, réclamant la chute du gouvernement, sans que leur stratégie sur l'après-chute soit claire.
Qui sont les forces en présence?
La Thaïlande est divisée depuis des années entre deux tendances, souvent résumées à "chemises rouges" contre "chemises jaunes".
Les "chemises rouges", partisans du parti au pouvoir Puea Thai, réunissent masses rurales et urbaines défavorisées du nord et du nord-est du pays, fidèles à Thaksin. Plusieurs milliers de "rouges" sont rassemblés depuis dimanche dans un stade de Bangkok en soutien au gouvernement.
Les manifestations des "chemises jaunes" ont été un élément clef du coup d'Etat contre Thaksin en 2006 et elles ont également aidé à chasser du pouvoir deux chefs de gouvernement pro-Thaksin en 2008.
L'organisation n'est plus vraiment active, même si on retrouve certains de ses membres dans les actuelles manifestations. Ils sont traditionnellement alliés au Parti démocrate, rassemblant les élites de Bangkok gravitant autour du palais royal.
Le principal meneur des manifestants est Suthep Thaugsuban, figure du Parti démocrate. Un mandat d'arrêt a été émis contre lui pour l'occupation d'un ministère.
Le Parti démocrate ne se met pas en avant en tant que force organisatrice, et Suthep a récemment démissionné du parti pour éviter des poursuites contre sa formation.
Le chef du parti Abhisit Vejjajiva fait néanmoins des apparitions sur la scène du Monument de la Démocratie, base arrière où campent les manifestants.
Ceux-ci sont d'horizons différents. On y croise des cadres bangkokiens qui viennent manifester après leur journée de travail, mais aussi des cultivateurs de caoutchouc du sud de la Thaïlande convoyés en bus et nourris par les organisateurs.
Des groupes disparates se joignent aux manifestations, comme les ultra-royalistes de l'Armée du peuple pour renverser le régime Thaksin ou le Réseau des étudiants et citoyens pour la Thaïlande.
Quelles possibles suites?
1. Expulsion des manifestants des ministères et répression des manifestations par les forces de l'ordre. Un scénario que les autorités cherchent à éviter.
2. Descente dans la rue des "chemises rouges" pour en découdre avec leurs opposants.
3. Appel à des élections anticipées par la Première ministre, la motion de censure examinée mardi au Parlement n'ayant pas de chance d'aboutir (le parti au pouvoir étant majoritaire). Yingluck ne peut cependant pas dissoudre l'assemblée avant la fin du débat sur la motion, prévu jeudi.
4. Coup d'Etat militaire, comme en 2006. Un scénario qui n'a rien d'exceptionnel dans un pays qui a connu 18 coups d'Etat ou tentatives depuis 1932, date où la Thaïlande est devenue une monarchie constitutionnelle. Pour l'heure, l'armée n'a pas donné de signe en ce sens.
5. Décision de la Cour constitutionnelle, comme en 2008, quand elle avait dissout le parti du Premier ministre Somchai Wongsawat, beau-frère de Thaksin, en un "coup judiciaire" qui avait permis aux Démocrates de prendre le pouvoir.
6. Essoufflement du mouvement de protestation à l'approche de l'anniversaire du roi, le 5 décembre. Après des semaines de mobilisation, l'opposition serait victime de sa stratégie de l'usure.
7. Le roi Bhumibol est intervenu lors de crises dans les années 1970 et 1990. Mais le monarque de 85 ans ne s'exprime plus que rarement en public.

Avatar du membre
jacky
Messages : 1304
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 17:11

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par jacky »

[quote="kobethai"
Le chef du parti Abhisit Vejjajiva fait néanmoins des apparitions sur la scène du Monument de la Démocratie, base arrière où campent les manifestants.
Ceux-ci sont d'horizons différents. On y croise des cadres bangkokiens qui viennent manifester après leur journée de travail, mais aussi des cultivateurs de caoutchouc du sud de la Thaïlande convoyés en bus et nourris par les organisateurs.

Tu pourras aussi trouver des branleurs de Pattaya, avant hier deux de mes voisins qui ne fouttent jamais rien mise à part se bourrer la gueule pendant que leurs femmes bossent , sont partis sur BKK.

D' après leurs dires , ils touchent 1500B/ jour + l' hébergement...........................pas moyen de s' emmerder à aller bosser !!

kobethai
Messages : 186
Enregistré le : ven. 10 août 2012 14:16

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par kobethai »

Moi, la seule chose qui m'interresse, c'est qu'ils ne prennent pas l'aéroport en otage en Janvier (mois de mon arrivée ) :grincheux:

Larimar
Messages : 68
Enregistré le : mar. 12 juin 2012 11:30
Localisation : NANCY

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par Larimar »

Idem pour moi, l'aéroport doit rester en dehors du conflit en janvier

Avatar du membre
Cagouille
Messages : 124
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 04:53

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par Cagouille »

Et bien cela, vous verrait bien.
Remarquez ca vous permet de vous interesser a ce qui se passe en Thailande.
Et cela peut etre grave...

kobethai
Messages : 186
Enregistré le : ven. 10 août 2012 14:16

Re: Pattaya en Janvier avec manif a BKK

Message par kobethai »

Thaksin est de retour :

Quelques milliers de personnes ont manifesté dimanche à Bangkok contre le gouvernement, un rassemblement qui a fait craindre des débordements dans une capitale théâtre ces dernières années de nombreux mouvements de rue violents. Les pro et anti-Thaksin se sont lancés plusieurs accusations dans les médias.
Photo LPJ Bangkok.com LtdL’Armée du Peuple, qui rassemble divers groupes ultra-royalistes, a appelé à manifester à partir d'hier dimanche contre une loi d’amnistie qui sera examinée mercredi par le parlement et plus généralement contre le clan de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, dont la sœur dirige le gouvernement depuis 2011. Le texte présenté par le parti au pouvoir prévoit d’amnistier les militants politiques impliqués dans les mouvements qui ont secoué le royaume depuis le coup d’État contre Thaksin en septembre 2006, jusqu’en mai 2012.
Si le projet exclut a priori les dirigeants des divers mouvements, ses opposants craignent qu’elle ne permette le retour de leur ennemi juré, Thaksin, en exil pour échapper à deux ans de prison pour malversations financières.
Brandissant des drapeaux nationaux et les drapeaux jaunes de la monarchie, les manifestants, environ 4.000 selon la police, se sont rassemblés au parc Lumpini, dans le centre ville de Bangkok. “Il est temps pour le peuple thaïlandais qui aime ce pays de s’unir et de devenir une armée du peuple pour renverser le régime Thaksin”, a déclaré l’un des leaders de l’Armée du Peuple, le général à la retraite Preecha Iamsuwan. “Je ne peux plus accepter cette famille. Tout ce qu’elle fait est pour sa famille, pas pour le peuple”, a renchéri un participant, Jarucha Saesuwan. L'Armée du Peuple a déclaré dimanche soir son intention de rester toute la nuit devant le parc Lumpini.
Malgré les craintes soulevées notamment par la Première ministre Yingluck Shinawatra qui s’était dite “inquiète” samedi des risques de violences, la présence policière était relativement discrète. Le vice ministre de l’Intérieur, Pracha Prasopdee, a indiqué au Bangkok Post que, selon des administrations locales, chaque manifestant avait été payé entre 300 et 500 bahts pour être présent ce dimanche. Il a ajouté que la somme, par personne, pourrait s’élever à 2.500 bahts en cas de participation à de nouveaux rassemblements “dans les trois à cinq prochains jours”. Les Chemises rouges et les Chemises jaunes s’accusent mutuellement de “payer” leurs supporters respectifs pour que ceux-ci viennent grossir le rang des manifestations qu’elles organisent. La pratique est en effet courante en Thaïlande.
En prévision des manifestations, le gouvernement a imposé dans trois districts du centre historique de Bangkok la Loi de sécurité intérieure (ISA), qui permet notamment l’instauration d’un couvre-feu, la fouille de bâtiments et la censure des médias. Mais le rassemblement avait lieu dimanche en dehors de cette zone qui abrite nombre de bâtiments officiels. Ceci dit, les adversaires du clan Shinawatra ont annoncé leur volonté de manifester à nouveau dans les prochains jours.
La journée de dimanche a été marquée par une guerre des mots entre les pro et les anti-Thaksin. Le principal dirigeant de l’Armée du Peuple, Thaikorn Polsuwan, a ainsi démenti dans le Bangkok Post l’intention de son groupe de kidnapper le Premier ministre Yingluck Shinawatra ! Cette accusation avait été lancée par un député du Pheu Thai, le parti majoritaire au parlement.
En revanche, Thaikorn a soutenu que Thaksin avait atterri incognito sur l’île Koh Chang pour piloter à distance les forces de sécurité, chargées d’encadrer les manifestations contre le projet d’amnistie. Ces déclarations montrent s’il en est, combien la Thaïlande reste un pays très divisé politiquement.
La Thaïlande vit depuis des années au rythme d’immenses mouvements de rues, dont plusieurs sont parvenus à faire chuter des gouvernements pro-Thaksin. Le royaume voit une forte opposition entre les masses rurales et urbaines défavorisées du nord et du nord-est, fidèles à Thaksin, et les élites de Bangkok gravitant autour du palais royal, qui le haïssent.
En 2010, les Chemises rouges fidèles au milliardaire avaient occupé Bangkok pendant deux mois pour réclamer la chute du gouvernement de l’époque, jusqu’à un assaut de l’armée. La crise, la pire qu’ait connue la Thaïlande moderne, avait fait plus de 90 morts et 2.000 blessés. L’an dernier, le camp Thaksin avait déjà tenté de présenter une loi d’amnistie, avant de la reporter pour éviter une crise politique après des manifestations.

Répondre