Chronique siamoise : l’insoutenable légèreté de la non-responsabilité

Répondre
Avatar du membre
dreamman
Administrateur du site
Messages : 9294
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:27

Chronique siamoise : l’insoutenable légèreté de la non-responsabilité

Message par dreamman »

Rédigé par: Max Constant http://asie-info.fr

En Thaïlande, l’art de l’esquive prévaut sur la reconnaissance de ses fautes, laquelle risquerait d’entrainer une perte de face difficile à digérer

A la question d’un journaliste lui demandant s’il se sentait responsable des morts lors des manifestations anti-gouvernementales d’avril-mai 2010, l’ancien Premier ministre Abhisit Vejjajiva répondit : «Nous sommes tous un petit peu responsables». Habile répartie qui a permis au politicien diplômé d’Oxford de se sortir d’une situation potentiellement embarrassante. En thaï, le mot «responsabilité» se traduit littéralement par quelque chose comme «accepter le mal avec le bien qui va avec». Souvent, après une crise ou un incident, les personnes affectées diront qu’il «faut que quelqu’un accepte de prendre la responsabilité». Le problème est que dans le pays du matin bruyant, les candidats ne se bousculent pas au portillon de la perte de face.

Article complet: http://asie-info.fr/2012/05/20/chroniqu ... 54029.html
Avatar du membre
Raymond38
Administrateur du site
Messages : 3013
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:56
Localisation : PICARDIE FRANCE

Re: Chronique siamoise : l’insoutenable légèreté de la non-responsabilité

Message par Raymond38 »

Est ce que l'on ne retrouve pas la mêmes attitudes chez nous?
"Responsable mais pas coupable", si je me souviens bien c'étaient les mots de notre ministre du Quai d'Orsay.
Avatar du membre
dreamman
Administrateur du site
Messages : 9294
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 22:27

Re: Chronique siamoise : l’insoutenable légèreté de la non-responsabilité

Message par dreamman »

Oui, on retrouve la même chose chez nous, mais en Asie ça touche toute la société du plus humble au plus riche, chez nous ça touche surtout une certaine élite, politiques ou médecins par exemple qui n'acceptent pas leurs erreurs. En Asie un ouvrier qui n'a pas compris un ordre ne le dira pas.
Avatar du membre
jean-louis
Messages : 1136
Enregistré le : jeu. 3 févr. 2011 03:49
Localisation : Pattaya/Nakhon-Sawan

Re: Chronique siamoise : l’insoutenable légèreté de la non-responsabilité

Message par jean-louis »

Exact, pour mon dernier vol (ma montre), le voleur me l'a retourné par la poste 15 jours après sans justificatif, mais jamais, il n'a avoué.
Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie Confucius
Répondre