Les Rouges obtiennent la réouverture de People TV au prix de quelques heurts

avril 9th, 20100 Comments »

– Après un mois de manifestations, les premiers jets de gaz lacrymogène ont eu lieu, cet après-midi, alors que plusieurs milliers de manifestants antigouvernementaux tentaient d’envahir Thaicom, le centre de diffusion de People TV, la télévision des Chemises rouges neutralisée hier par les autorités. La « Chaine du peuple » a finalement été rétablie après des négociations avec la police, ce qui sonne comme un échec pour le gouvernement. Les forces de l’ordre ont renforcé leurs effectifs qui semblent surpasser en nombre ceux des manifestants

Les forces de sécurité thaïlandaises ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau, cet après-midi, alors qu’une douzaine de milliers de manifestants antigouvernementaux envahissait Thaicom, le centre de diffusion de People TV (PTV), la télévision des Chemises rouges, neutralisée hier par les autorités. Le gouvernement avait fait couper le signal de PTV dans le cadre du décret d’état d’urgence, invoqué mercredi soir afin de mettre fin au mouvement protestataire qui occupe le quartier historique de la capitale depuis le 13 mars et le centre commerçant depuis samedi dernier. Un face à face intense a eu lieu entre forces de l’ordre et manifestants devant les locaux de ThaiCom, dans le nord-ouest de la province de Pathum Thani, dont l’accès était protégé par des fils barbelés afin d’empêcher toute intrusion.

22 blessés dans les échauffourées devant ThaiCom
En quasiment un mois de manifestations, c’était la première fois que les gaz lacrymogènes étaient tirés. Les autorités ont rapporté 22 blessés sans préciser l’étendue des blessures (16 Chemises rouges, 5 militaires et 1 policier). Certains soldats ont été aperçus en train de se retirer en serrant la main de manifestants. La « Chaine du peuple » a finalement été rétablie après des négociations entre la police et les leaders des Rouges – parmi ces derniers, Nattawut Saikua, fait l’objet d’un mandat d’arrêt…
Un peu plus tôt, le gouvernement avait pourtant prévenu qu’il ne tolèrerait aucune intrusion dans le centre de diffusion. « Nous utiliserons tous les moyens pour garder PTV silencieuse, » avait annoncé Suthep Thaugsuban, qui supervise la sécurité nationale. Le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a donné une allocution télévisée vers 22h aux côtés du chef de l’armée et de Suthep Thaugsuban, dans laquelle il a avoué l’échec des autorités à faire respecter la loi.
Depuis mercredi, les manifestants ont défié l’état d’urgence décrété par le Premier minsitre Abhisit Vejjajiva après cinq jours de blocage de l’intersection de Ratchaprasong, près du centre commercial Central World, qui a entrainé d’importants embouteillages et la fermeture temporaire de la plupart des centres commerciaux du secteur.
17 Chemises rouges parmi lesquels les principaux leaders font l’objet de nouveaux mandats d’arrêts diffusés cet après-midi à la télévision avec les photos des intéressés. Parmi eux, Nattawut Saikua, Weng Tojirakan, Veera Musikapong, Jaran Ditapichai, Khwanchai Sarakham et Kokaew Pikultong.

Des forces de sécurité plus nombreuses que les manifestants
Les autorités ont dû mobiliser des dizaines de milliers de policiers et militaires pour contenir les manifestations des Rouges qui mettent en lumière la division profonde entre les élites traditionnelles qui tiennent Bangkok et les couches plus défavorisées venant pour l’essentiel des provinces du Nord et du Nord-est. L’armée a fait savoir que des renforts de 33.000 policiers supplémentaires avaient été déployés dans et autour de la capitale. Cela amène le total des effectifs des forces de l’ordre à plus de 80.000, soit davantage que de Chemises rouges si l’on en croit les estimations des autorités qui ont évalué à 60.000 le nombre de manifestants jeudi soir répartis sur deux sites.
« Il est crucial pour les militaires et la police de ramener la situation sous contrôle, » a indiqué le porte-parole de l’armée Sunsern Kaewkumnerd lors d’une conférence de presse. « La police et les soldats vont définitivement faire respecter la loi. »
« Le gouvernement n’est pas inquiet pour les vies des gens du peuple, mais se soucie que les vitrines des centres commerciaux puissant être brisées. C’est pourquoi le gouvernement n’a toujours pas utilisé la force pour [nous] disperser », a déclaré Jatuporn Prompan, dont l’immunité parlementaire le protège de la série de mandats d’arrêts lancés contre ses acolytes.
Le Premier ministre, a dû annuler sa participation au sommet des pays de l’ASEAN qui se déroule à Hanoï et se retrouve cloitré dans une caserne militaire.
Malgré l’état d’urgence, qui interdit notamment les rassemblements en public de plus de cinq personnes, la vie continue son cours à Bangkok, même si des milliers d’habitants se préparent à quitter la capitale pour partir en province ce week-end, dans le cadre des festivités du nouvel an bouddhique qui auront lieu du 13 au 15 avril.
Le gouvernement reste néanmoins anxieux de voir se reproduire les affrontements de l’an passé qui avaient fait deux morts et plusieurs dizaines de blessés à la même période de Songkran.
Reporters sans Frontières et d’autres groupes de défense des droits de l’homme ont condamné la fermeture de PTV et de plusieurs dizaines de sites Internet dans le cadre de l’état d’urgence.

(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html
avec AFP) vendredi 9 avril 2010

« Achat immobilier en Thaïlande, les règles à connaître
Les touristes suisses ne boycottent pas la Thaïlande, malgré les troubles politiques »

Categorized Under

Politique

About dreamman

» has written 2762 posts

No Comments


Abonnez-vous à notre newsletter

Indiquez votre email:

Fourni par FeedBurner

FORUM

Radio Html perso

Change

FreeCurrencyRates.com

Catégories

Archives

Catégories