Un couple Britannique extorqué à l'aéroport de Bangkok

juin 29th, 20091 Comment »

Un couple britannique, qui ont été faussement accusé de vol à l’étalage dans l’aéroport de Bangkok et a été forcé de payer £ 8000 en backchich pour obtenir sa libération.

Ils ont été les victimes d’un racket, une extorsion qui a déjà pris au piège d’autres voyageurs étrangers dans cet aéroport, qui gère la plupart des 800.000 visiteurs britanniques en Thaïlande, chaque année.

Stephen Ingram 49 ans, et Lin Xi 45 ans, sont tout deux professionnels en technologie à Cambridge, ils ont été arrêtés par des gardes de sécurité à l’embarquement du vol Qantas QF1 pour Londres, dans la nuit du samedi 25 avril.
Ils ont été accusés de vol d’un portefeuille Givenchy d’une valeur de £ 121, dans une boutique hors taxes du nom de King Power et ont été remis à la police.
Un fonctionnaire de l’ordonnance de mise en liberté thaïlandais du bureau du procureur a ensuite concédé qu’il n’y avait aucune preuve contre eux.
Ils ont été libérés cinq jours plus tard, ils ont déclaré avoir subit un terrible calvaire dans lequel ils ont été menacés et détenus contre leurs volontés dans un motel bon marché, sur le périmètre de l’aéroport, jusqu’au moment où ils ont remis remis l’argent.
Les pots-de-vin ont été versés à un intermédiaire, un nommé Sunil « Tony » Rathnayaka, un ressortissant sri-lankais dans la cinquantaine qui travaille comme «volontaire» interprète pour la police touristique Thaïlandaise (dont la devise est: « Servir et protéger»).

«Notre principale motivation est de protéger les innocents touristes britanniques d’être pris dans ce cauchemar», a déclaré la semaine dernière, Ingram.
« Nous avons l’intention de prendre tous les moyens légaux pour récupérer notre argent et d’obtenir justice. »

La semaine dernière Rathnayaka a admis dans un entretien téléphonique qu’il a reçu en espèces des transferts s’élevant à plus de £ 7000 des Anglais.
Il a dit que l’argent était pour la police et la mise en liberté.
« En Thaïlande, tout le monde sait que c’est comme ça », dit-il.
«Ils peuvent aller en prison ou ils peuvent simplement payer une amende et rentrer à la maison. »
Rathnayaka a également convenu que la « caution » – environ £ 4000 – n’a jamais été remboursée à Ingram et Xi, malgré le fait que la loi thaïlandaise impose le remboursement de la caution.

Dans une déclaration, le couple a dit qu’ils ont d’abord été détenu à l’aéroport, dans un bureau de la police touristique et plus tard dans une cellules d’un poste de police, dans un bâtiment moderne isolé à la périphérie de l’aéroport.
La police a gardé les passeports du couple. Rathnayaka à ensuite escorté Ingram et Xi dans un motel sordide à quelques centaines de mètres des pistes. Ils ont du y rester quatre jours.

Pendant ce temps, Rathnayaka leurs a demandé de ne parler de leurs sort à personne, en particulier à l’ambassade britannique, aux avocats, amis, famille ou presse.

Toutefois, le 27 avril, en cachette, ils ont pu contacter et rencontrer Kate Dufall, le pro-consul de leurs ambassade.

l’Association des avocats de Thaïlande, les exhorte de rester dans le pays pour lutter contre cette extorsion, ils ont depuis, réuni un dossier en vue d’éventuels poursuites.
Toutefois, Ingram a déclaré que le couple a été tellement terrifié, qu’ils ont décidé de répondre à la demande d’extorsion, en transférant l’argent directement sur compte bancaire de Rathnayaka.
Le Sunday Times a des copies des transactions.

Ingram et Xi ont été mis sur un vol British Airways pour Londres, le 1er Mai, après avoir reçu leurs passeports avec les documents officiel.

Ils ont dit qu’ils sont prêts à revenir en Thaïlande et à témoigner pour essayer d’arrêter l’extorsion, si le gouvernement garantis leurs sécurités.

Un fonctionnaire de l’ambassade du Danemark a confirmé qu’une femme danoise est tombée dans les mains de Rathnayaka, il y a environ deux semaines, elle a été autorisé à quitter la Thaïlande après le versement de plus de £ 4,500.

Un journaliste du Sunday Times se présentant comme un homme d’affaires en difficulté a contacté Rathnayaka la semaine dernière, la première chose qu’il a dit: « Si c’est un cas, par exemple, de vol à l’étalage à l’aéroport dans un duty-free, alors je peux vous aider.
La caution est de 100.000 baht (£ 1.800). « Plus tard, il a refusé une interview, affirmant que l’ambassade du Sri Lanka – où il occupe un poste d’interprète – lui avait dit de ne pas parler.

Source: Times Online

« Premier mort de la grippe du Type-A (H1N1) en Thaïlande
Jackie Cellier libéré »

Categorized Under

Faits divers

About dreamman

» has written 2758 posts

1 Comment

  1. Claude dit :

    IL FAUT VRAIMENT SE SURVEILLER


Abonnez-vous à notre newsletter

Indiquez votre email:

Fourni par FeedBurner

FORUM

Radio Html perso

Change

FreeCurrencyRates.com

Catégories

Archives

Catégories