0

Des universitaires et médecins thaïlandais demandent l’annulation du projet de loi sur la dépénalisation du cannabis

Image

Quelque 851 médecins et anciens élèves de la faculté de médecine de l’hôpital Ramathibodi de l’université Mahidol ont lancé une campagne pour que le gouvernement thaïlandais mette en pause son projet de loi de dépénalisation du cannabis pour la sécurité de ses enfants.

Hier, le président de l’Association des médecins légistes de Thaïlande, Smith Srisont, a mis en ligne un document contenant une liste de demandes adressées au gouvernement et réclamant un « vide de cannabis ».

Le médecin a également joint une liste de 851 médecins et anciens élèves de la faculté de médecine de l’hôpital Ramathibodi, de l’université Mahidol, qui ont accepté cette pause.

Le groupe souhaite que le gouvernement arrête le processus de dépénalisation et soit ouvert aux opinions des différents secteurs publics et privés pour débattre de la politique et de ses restrictions sur la consommation de cannabis en Thaïlande.

Le groupe a constaté une augmentation de l’abus de cannabis en dehors de ses objectifs médicaux initiaux, en particulier chez les enfants et les adolescents.

Le porte-parole du groupe a déclaré…

« Le cannabis a été retiré de la liste des stupéfiants du ministère de la Santé publique le 9 juin, mais aucune politique n’a été lancée pour contrôler l’utilisation du cannabis pour le plaisir personnel. Cette absence d’orientation de la loi rend le cannabis plus accessible aux enfants et aux adolescents. »

Le document souligne que des études montrent que le cannabis pourrait affecter la santé des enfants et des adolescents et la croissance de leur cerveau. Le document ajoute que la situation actuelle menace le système de santé et la santé des Thaïlandais, à court et à long terme.

Le groupe a invité des médecins ou des anciens élèves qui ont accepté de signer leur nom et a annoncé qu’il avait également lancé une campagne sur Change.org pour que le public puisse voter. L’objectif de la campagne était fixé à 15 000 noms, et la campagne a obtenu plus de 10 800 personnes.

A la fin du document, le groupe dit…

« Le gouvernement et les ministères concernés devraient cesser de menacer la santé des gens dès que possible. L’utilisation du cannabis à des fins médicales devrait être contrôlée pour en tirer les meilleurs bénéfices et la plus grande sécurité, comme le gouvernement l’a prétendu dès le départ. »

SOURCE : Smith Fa Srisont | Bangkokbiznews via https://thethaiger.com/news/national/le … nabis-bill

dreamman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *