0

Thaïlande, renforcement du dépistage des étrangers à l’arrivé contre la propagation de la variole du singe

Image

PHOTO : (via National Geographic)

Le gouvernement thaïlandais prend des précautions pour contrôler les voyageurs entrants en provenance de pays ayant connu des épidémies de monkeypox dans l’espoir d’empêcher sa propagation dans le royaume. Le ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, a indiqué que son ministère coordonne les contrôles dans les aéroports et se concentre sur les personnes en provenance de pays confrontés à une épidémie de variole du singe.

Le directeur général adjoint du département de contrôle des maladies a demandé aux aéroports du pays d’intensifier les efforts de leurs bureaux de quarantaine et de renforcer le dépistage des arrivées de personnes en provenance de pays où la variole du singe est répandue. À la fin de cette semaine, 138 voyageurs en provenance d’Afrique et 2389 voyageurs en provenance d’Europe ont été soumis à un dépistage du monkeypox, bien qu’aucune infection n’ait été constatée jusqu’à présent.

M. Anutin a tenu à rassurer la population : le monkeypox est loin d’être aussi grave ou contagieux que la pandémie de Covid-19 dont le monde vient de souffrir, mais il est tout de même important d’essayer d’éviter sa propagation continue. Contrairement au coronavirus, le monkeypox ne peut pas être transmis sans un contact direct avec des lésions ou des fluides corporels, ou un contact prolongé avec une personne infectée. Et une fois contaminée, l’infection peut être inconfortable, mais la plupart des personnes peuvent se rétablir chez elles avec un faible risque de décès.

Néanmoins, les autorités poussent les uns et les autres à être proactifs dans la prévention de la propagation, ainsi qu’à tester et signaler les infections éventuelles, les autorités sanitaires multipliant les campagnes d’éducation. Les personnes sexuellement actives, notamment celles qui ont plusieurs partenaires sexuels, sont les plus exposées, car la variole du singe se transmet par contact physique étroit.

L’Organisation mondiale de la santé a indiqué que le contact sexuel entre deux hommes reste la source de transmission la plus courante et suggère aux hommes homosexuels et bisexuels d’essayer de réduire le nombre de leurs partenaires sexuels jusqu’à ce que l’épidémie mondiale ait ralenti, afin de se protéger et d’éviter toute nouvelle propagation.

En Thaïlande, deux cas de variole du singe ont été confirmés jusqu’à présent. Le premier est l’histoire dramatique d’un Nigérian de 27 ans qui a été diagnostiqué le 18 juillet à Phuket et qui a fui le pays en nageant jusqu’au Cambodge où il a été arrêté à Phnom Penh. Plus de 50 personnes ont été testées pour le monkeypox après avoir été en contact avec cet homme, et jusqu’à présent, aucune nouvelle infection n’a été constatée.

La deuxième infection n’a aucun lien avec la première et a été constatée chez un Thaïlandais de 47 ans qui a déclaré avoir développé des symptômes le 15 juillet après avoir eu des rapports sexuels avec un Européen, que les autorités sanitaires recherchent toujours. Sur les 17 personnes identifiées comme ayant été en contact avec cet homme thaïlandais, 16 se sont révélées négatives pour la variole du singe, et un test est toujours en attente.

Toute personne dont on craint qu’elle ait été exposée au virus du monkeypox est placée en quarantaine pendant trois semaines afin d’éviter une éventuelle propagation. Des vaccins sont en cours de développement, et beaucoup pensent que les anciens vaccins contre la variole pourraient être efficaces contre une maladie similaire. Les vaccins qui seront disponibles seront attribués en priorité aux travailleurs de première ligne et aux professionnels de la santé afin de les immuniser lors du traitement d’éventuelles épidémies.

SOURCE : Bangkok Post

dreamman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.